Comment publier ou communiquer ?

PUBLIER PENDANT LA THÈSE, POURQUOI ?

Un travail de recherche n’existe que s’il est valorisé, il faut qu’il puisse être diffusé à l’ensemble de la communauté ; c’est principe même de la science, il faut que les sources soient accessibles pour qu’on puissse les compléter, les améliorer etc. Le travail de publication est donc essentiel.

Pour une carrière académique, les publications sont indispensables pour la qualification du CNU qui permet de devenir Maître de Conférences. Il faut avoir publié avant la soutenance de la thèse et donc commencer à publier au moins 2 ans avant, d’autant que plus la revue est cotée, plus les délais de publications sont longs.

De façon générale, il faut avoir publié a minima 2 articles dans votre spécialité pour être identifié comme spécialiste, même si cela dépend des sections.

Si vous souhaitez connaître les exigences de publications pour une qualification dans votre domaine : cpcnu.fr > CNU > Section

Commencer à publier à partir de son master peut être utile, même si ça ne concerne pas le même sujet que la thèse, cela permet de valoriser le master et d’ouvrir son champs de spécialité pour montrer qu’on a plusieurs cordes à son arc. Pour pouvoir conjuguer au mieux travail de thèse et publications, il faut connaître la hiérarchie des publications (du plus valorisant au moins gratifiant) :

  • ouvrages en nom propre
  • ouvrages dirigés
  • direction de n° de revue
  • articles dans revues à comité de lecture
  • chapitres d’ouvrage
  • actes de colloque → toujours un plus mais peu valorisés scientifiquement
  • revues sans comité de lecture
  • compte-rendus → toujours un plus mais peu valorisés scientifiquement
  • notices de dictionnaire
  • rapports

Autres = valorisation de la recherche : articles dans la presse, radio, interview, blog

Il est donc essentiel de prioriser pour s’assurer d’avoir un bon dossier.

PUBLIER PENDANT LA THÈSE, COMMENT ?

  • Répondre à un appel :

Le point le plus important est de mettre en place une veille scientifique : s’abonner aux flux RSS des revues de votre champs de recherche, consulter Calenda.org, adhérer aux Associations Professionnelles de votre domaine, surveiller les revues internationales… Un planning peut être élaboré pour s’assurer d’être au courant des derniers appels à publication.
Attention, pour valoriser votre publication au sein de votre laboratoire, il est essentiel de maîtriser la charte signature du laboratoire.

  • Publications spontanées :

Il est possible de publier des articles en dehors des appels à communication. Il faut alors écrire un mail ou appeler la revue en demandant si le comité de lecture est intéressé, voire leur envoyer directement l’article. Il ne faut pas hésiter car certaines revues rencontrent souvent des difficultés pour fournir des articles à la partie « varia » de leur numéros. Il faut alors dans un premier temps s’être renseigné sur ce que publie la revue (aire culturelle, terrain nécessaire ou non etc.) et sur les normes de publications exigées (nombre de signes, page de garde, normes bibliographiques etc.).

Il est aussi bien évidement possible de s’adresser à son Directeur de thèse pour lui demander des conseils comme savoir quelle revue, selon lui, votre article pourrait intéresser.

PUBLIER LA THÈSE ?

Conseil : si vous voulez publier votre thèse, commencer à écrire le manuscrit dès le lendemain de la soutenance, sa réécriture demande environ 2 mois de travail. Il est important de savoir que la publication de la thèse compte pour les recrutements académiques ou pour une seconde demande de qualification auprès du CNU.

COMMUNIQUER :

Il faut différencier, dans un premier temps, les appels à publication des appels à communication qui eux concernent les congrès, colloques et autres journées d’étude. C’est aussi une façon très efficace de mettre en valeur votre recherche ou de construire votre réseau, il est donc conseillé d’imprimer des cartes de visite (anglais/français) avec votre nom, votre labo et votre domaine de recherche pour vous faire connaître auprès des chercheurs que vous allez rencontrer dans ces manifestations scientifiques. La communication est d’autant mieux mise en valeur qu’elle a lieu en dehors de votre Université. Il ne faut pas non plus hésiter à communiquer dans plusieurs langues.

Pour financer ses déplacements scientifiques, plusieurs solutions : surveiller les appels à financements/subventions dans les associations, ou sur Calenda.org, demander un financement auprès de son laboratoire ou de son Ecole Doctorale, demander aux organisateurs du Congrès/Colloque s’il existe une bourse pour les étudiants participants etc…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *